40 ans – Comment je suis devenu moi-même

par | Août 14, 2018 | Développement personnel, Vie Chretienne | 0 commentaires

Cette semaine, j’ai eu 40 ans – et je pensais partager quelque chose de significatif avec vous au sujet de ma propre vie.

C’est une belle saison de la vie pour moi.
Pas parce que j’ai tout ensemble, ni parce que je comprends tout.
Je n’ai pas trouvé comment être parfait ou comment ne pas faire d’erreurs.

Cependant, je suis en train de découvrir la paix – et la joie d’être moi.
La bénédiction que je peux être pour les autres.
Je suis en train de découvrir, qu’au milieu de la réalité de mes imperfections et de mes défauts, je suis toujours aimé.

Que le fait d’être moi est suffisant – que dans ma singularité je suis unique, il n’y a pas de quoi avoir honte.

Ressentir cela à propos de moi-même, vivre toujours plus cette belle vérité qui s’applique à tout le monde (y compris vous !) est quelque chose de merveilleux et de beau. Elle est accompagnée d’une profonde reconnaissance.

Dans cet article, je veux partager avec vous quelques vérités sur le fait que vous êtes incroyable.

À quel point vous avez été conçu de façon unique.

Comment le monde a besoin de vous, pas une copie de quelqu’un d’autre que vous pensez qu’il serait génial d’être.

La belle vérité qu’il n’y a absolument rien dans votre vie qui soit au-delà de la rédemption de Dieu.

La réalité que nous ne pouvons pas vraiment vivre pour Dieu ou transformer nos sociétés si nous détestons ce que nous voyons dans le miroir.

L’importance de sortir d’un état d’esprit rempli de ” j’ai fait , j’aurais dû, j’aurais pu, j’aurais voulu “…. pour entrer dans un état d’esprit d’espoir, des possibilités infinies et des attitudes que vous pouvez choisir comme de nouvelles opportunités.

Dans son livre “the perfect you” Caroline Leaf dit que:

quand vous comprenez  qui vous aviez vraiment été créé d’être,”(…..) vous allez passer du fait que vous aviez oublié que vous êtes  créer à l’image de  Dieu a enter dans ce que vous êtes vraiment
Puis vous passez du traumatisme à la liberté, de la douleur à la paix, de l’indécision à l’action, de la confusion à la clarté, de l’envie à la réjouissance, de la frustration à l’anticipation, du stress à la liberté, de la peur au courage, de la suppression des problèmes à leur victoire, des pensées assourdissantes leur capture, de la passivité à la passion et du désespoir à l’espoir. Cela vous aidera à comprendre que vous êtes un  gestionnaire et vous  apprendra comment de rester un bon gestionnaire de votre vie, peu importe ce qui vous arrive….”.

C’est ce que je vis en ce moment de ma vie.

Et cela n’a pas toujours été ainsi.
Quand j’ai quitté la maison avec 16 ans pour vivre en Suisse romande (d’abord en tant qu’au pair, puis sous ma propre responsabilité), je n’avais aucune idée de qui je suis, ni de qui je devais être.
Et j’avais si peur de découvrir qui je suis vraiment – de peur que cela ne suffise pas. De peur que si les gens me connaissaient vraiment – ils se rendraient compte que je ne suis pas une personne digne d’amour.
J’étais remplie du sentiment d’échec, de honte, d’insécurité, de la douleur de ne pas être quelqu’un, j’avais peur d’aimer et d’être aimé. J’avais l’impression d’être dans une prison, incapable de sortir et de me libérer de tous ces sentiments et réalités que j’ai décrits plus haut.

En y repensant, en me souvenant de mes sentiments et de mes réalités, en voyant toute ma réalité différente aujourd’hui, je suis vraiment émerveillé et profondément reconnaissant.

Certaines personnes m’ont demandé :
Comment as-tu fait ça ? Quel est ton secret ?
Eh bien, je vais essayer de mentionner deux points qui m’ont énormément aidé en cours de route.

Cependant, la partie la plus importante est la grâce de Dieu.

Le signifiant de mon nom (Jeanne) est “Dieu est miséricordieux” et Il l’est vraiment.

  • Il y avait cette mère de trois filles que j’avais comme voisine alors que je vivais dans mon premier appartement – Elle m’a expliqué quelle taille de soutien-gorge me conviendrait mieux que le vieux que je portais.
  • Il y avait mon patron de l’apprentissage qui me soutenait, même si je n’étais sûrement pas une aide pour son entreprise familiale.
    – Il y avait ce collègue de travail qui m’apprenait à conduire pour que je puisse avoir mon permis de conduire sans trop d’investissement.
  • Il y avait cette dame au grand cœur, qui m’a enseigné la grâce de Dieu et a prié un nombre incalculable de fois sur ma vie, écoutant mon cœur et me conduisant dans une autre réalité.
  • Il y avait ce couple de pasteurs qui m’a comblé d’amour et de douceur, d’acceptation et d’admiration au moment où j’en avais le plus besoin.
  • Il y avait ces gens que j’ai lésés par mon comportement immature, qui étaient plus que prêts à me pardonner quand je m’en suis rendu compte et que je leur ai demandé pardon.

La liste continue, je pourrais remplir des pages de situations où j’ai vécu comment d’innombrables personnes se sont investies dans ma vie, m’ont montré de la grâce et de la patience dans des moments où je ne pouvais rien donner en retour et où mon comportement n’était pas facile ou socialement ou culturellement adapté.

Mais toute cette grâce et cette patience que les gens m’ont montrées n’auraient certainement pas eu le même impact dans ma vie si je n’avais pas eu…

  1.  Un cœur droit et sincère
    .
    Je n’ai jamais voulu faire de mal à personne. Je voulais grandir. Je voulais comprendre. Je voulais bien faire les choses. Je voulais plaire à Dieu, suivre ses voies. Je l’ai toujours supplié de me montrer sa volonté, malgré l’agitation intérieure, les peurs, les blessures et les insécurités qui ont influencé ma vie. Je voulais savoir.  Je voulais voir la vérité.
    Et je sais que Dieu a honoré ce coeur d’une grande manière et il le fait toujours.
    .
  2.  Un espoir et une vision 

Je savais au fond de moi que ma vie ne devait pas se terminer sans but, sans identité, sans que je sois féconde, sans que je sois une bénédiction pour le monde qui m’entoure.
J’ai regardé ma propre vie, confronté ma réalité, sachant que quelque part caché derrière toute cette peur, cette lutte, cette douleur et ces insécurités – était le vrai moi. Qu’il y avait, quelque part, une vérité à trouver, une réalité à découvrir. Cette vérité et cette réalité sur qui Dieu est vraiment, qui je suis destinée à être en lui.

  • Parce que je voulais le découvrir, je ne voulais pas rester comme j’étais.
  • Je voulais devenir libre d’être moi-même.
  • Je voulais être “normal”, libre des étiquettes de TDA, libre de médicaments contre l’épilepsie.
  • Je voulais surmonter ma timidité et mon bégaiement assez sévère.
  • Et – je voulais devenir quelqu’un qui est capable d’atteindre des gens comme moi.

 

Il y a quelques semaines, je parlais au téléphone avec un de mes amis proches. Nous parlions de certains moments de notre enfance, pendant notre adolescence.

Elle s’est exclamée : J’aime les Jeanne qui était alors ! Tu as toujours porté cette même essence de qui tu es en toi – c’est la même essence que je peux voir en toi aujourd’hui !”.

Cela m’a profondément touché, et je me suis rendu compte que c’était vrai.

 

Pendant tout ce processus, Dieu ne m’a pas “changé”. Il ne m’a pas transformé en quelqu’un d’autre. Après toutes ces années à lutter, à me battre, à pleurer et à échouer, à avoir peur de découvrir le vrai moi, à essayer d’être différent – je n’étais pas “métamorphosé”, “converti” ou “transformé” en quelqu’un de différent.

La réalité que je vis aujourd’hui n’a rien à voir avec cela.
Il s’agit de devenir ce que je suis censé être.
Libre d’être moi-même.
Heureux et reconnaissant de voir qui Dieu m’a fait être. Heureux et reconnaissant de découvrir mes dons uniques, ma façon unique de voir le monde.
Cette combinaison spéciale de ce qui fait “moi”.
Je ne suis pas à cet endroit dans ma vie, parce que j’ai fait d’innombrables tests de QI, tests de personnalité – ni parce que j’ai obtenu de nombreux diplômes, ni parce que j’ai réussi quelque chose dans une carrière, ou un  ministère.

Non. Je suis ici parce que Dieu m’a rendu libre d’être moi-même. Parce que j’apprends à vivre toujours plus ma vie a partir de mon schéma directeur unique, de mon propre blueprint, à partir de mon propre ADN.

Beaucoup de peurs, d’insécurités, de douleurs et de souffrances ne font plus partie de moi et par conséquent, je peux entrer dans  cette belle et merveilleuse liberté de célébrer Dieu, de l’aimer pour ce qu’il est – et pour ce qu’il m’a fait être.

Cela m’amène à vouloir vraiment connaître mes enfants, mon mari et les gens qui m’entourent. Je suis prête à les célébrer et à les apprécier pour leur schéma directeur unique et individuel, prêt à donner tout ce que je sais, pour les aider à découvrir leur ADN unique.

Maintenant – la même vérité s’applique à vous. Vous êtes unique. Vous êtes merveilleusement fait.

 Psaume 139.14 Je te célèbre, car j’ai été fait de façon merveilleuse. Tes œuvres sont étonnantes, je le sais bien.

Personne ne pense exactement comme vous, ressent les choses que vous ressentez, perçoit les choses comme vous les percevez. Chacun de nous est destiné à porter  sa gloire a notre manière unique – nous avons tous une belle façon de gérer l’éternité.

Ecc 3.11 Il fait toute chose belle  en son temps ; à leur cœur il donne même le sens de la durée (planté l’éternité dans le cœur)

Qui vous êtes est fondamentalement bon, vous n’êtes pas une erreur et votre personnalité est extraordinaire

Gen.1.31  Dieu vit alors tout ce qu’il avait fait : c’était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin : le sixième jour.

 

Il s’agit bien plus que de “trouver un but de la vie”. Il s’agit de savoir qui est Dieu. Vous êtes à son image. Vous êtes une partie spécifique de sa réflexion, la partie manquante qui apporte une perspective et un espoir unique au monde. Il n’y a personne comme vous, ce qui signifie que vous pouvez faire quelque chose que personne d’autre ne peut faire. Vous seul pouvez être vous avec votre type spécial de ” être-vous “.
Nous ne pouvons pas vraiment vivre pour Dieu ou transformer notre société si nous détestons ce que nous voyons dans le miroir. Qui vous êtes est plus que suffisant.

Une partie du contenu de cet article est en rapport avec le livre “The perfect  you“, première partie, sous-chapitre “The Power of Choice”. Pour en savoir plus sur le ministère, les enseignements et les livres de Caroline Leaf, vous pouvez visiter son site Web https://drleaf.com. Je peux fortement recommander ses enseignements et ses livres, dont vous trouveriez quelques-uns en français.

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :