Pourquoi l’utilisation du bâton dans l’ éducation de vos enfants n’est pas trouvé dans la Bible. (2eme partie)

par | Mai 16, 2017 | Éducation, Vie Chretienne

Comme promis je vais couvrir les noms dans l’Hébreu pour nommer un enfant. Ensuite, nous allons voir ce que cela a à voir avec nos cinq verset dans les proverbes , pour aquerir une comprehension « vraiment biblique » de leur contenue.

Comme je l’ai dit dans la première partie de cet article, Le matériel que je vous présente dans ces articles n’est pas « nouveau » ou venue par « révélation ». En fait, tous les étudiants de la Bible qui sont capables d’étudier la bible dans la langue d’origine peuvent expliquer la même chose.
Dans cet article je vous présente les résultats que j’ai pris d’un livre écrit par Samuel Martin. Samuel Martin a été, pendant son enfance, de temps a autre à Jerusalem et il s’est établi là-bas depuis l’année 2001 avec sa famille.  Il connaît donc la culture et la langue et a été en mesure d’étudier le livre des proverbes dans le contexte ; y compris l’étude de l’histoire et culture dans les temps que les proverbes on était écrit.
Je vais seulement faire un bref résumé de son matériel comprimé en trois article. Dans le cas où vous n’êtes pas en mesure de lire livre « Thy Rod and Thy Staff They Comfort me – Christians and the smacking Controversy » en anglais et que vous avez des questions, vous pouvez les poser  ci-dessous dans la section des commentaires. Je vais vous donner, (en cas de doute, après consultation avec l’auteur) une réponse à la question.

Il est l’auteur de l’aperçu profonde de ces Articles. Concernant les diffèrents noms pour nommer un enfant en Hebreux, il fait souvent référence au livre  de Edersheim, „Sketchs of Jewish life, pg 103-105”

Samuel Martin souligne que

 « Quand nous prenons un terme que nous trouvons dans la Bible et nous l’appliquons a une personne ou un groupe – parce qu’il s’agit d’un très vieux texte qui est culturellement déconnecté de notre monde moderne par des centaines d’années- nous devons être sûrs que le groupe dans notre monde moderne aux quel que nous l’appliquons est le même que  le groupe dans l’ancien monde aux quelle cette même information étais destinée ».

Alors, commençons par le début, en étudiant les différents termes en hébreu et comment cela affecte notre compréhension de ce que nous lisons là, spécialement en ce qui concerne nos enfants et le bâton.

  • La première de ces termes désigne l’enfant comme un « nouveau-né »- le « yeled » ou, au féminin, « yaldah »- comme dans Exode 2:3, 2:6 ; 2:8 (au sujet du bébé Moïse)
    Ces termes « yeled » et « yaldah » sont tous deux liés au verbe « yalad » qui signifie simplement « donner naissance ».Ce verbe, sous diverses formes est trouvé plusieurs centaines de fois dans la Bible et désigne l’étape dans la vie d’enfant de la naissance jusqu’au moment du sevrage.
    Dans Ésaïe 9:6, nous trouvons un exemple bien clair : « Car un enfant (en hébreu : « yeled ») nous est, un fils (en hébreu : « Ben ») nous a été donné. » Ce mot « yeled » apparaît près de 90 fois dans la Bible.
    Dans Genèse 21.8 nous pouvons aussi le voire: « l’enfant (en hébreu : « yeled ») grandit et fut sevré » (sources historiques montrent que le sevrage a eu lieu à l’âge de trois ans.
  • Le prochain terme pour  un enfant  est « yonek » qui signifie littéralement, « nourrisson ». Ce mot en hébreu vient du verbe « yanak » qui signifie littéralement, « téter ». En fait, il y a deux termes différents dans la Bible qui décrivent deux périodes différentes d’un enfant allaité. Le premier terme « yonek », fait référence aux bébés qui sont dans la période de vie qui est caractérisée comme recevant uniquementt la nourriture du sein de leur mère. Il s’agit d’enfants depuis leur naissance à environ 12 mois.
  • Le mot « olel » fait référence à un enfant qui n’est pas complètement sevrés et périodiquement encore allaité. Comme le mot l’indique, le « olel » est encore en train de téter, mais n’est plus satisfait de cette nourriture uniquement et « demande du pain », comme dans les Lamentations 4:4 « De soif, la langue du nourrisson (« yonek ») s’attache à son palais, les enfants (« olelim »- pluriel du mot « olel ») demandent du pain ».

     

    Le terme « yonek » se trouve 32 fois dans la Bible, alors que le terme « olel » se trouve 20 fois.
    Ainsi « olel » est toujours plus  âgée qu’un »yonek ».

  • La quatrième désignation trouvée dans la Bible est « gamul » signifiant « sevré » d’un verbe qui signifie d’abord « finaliser », et deuxièmement  « de sevrer ». Il montre l’enfant qui a finaliser la phase du sevrage. Par exemple, dans Genèse 21:8, nous trouvons mentionner qu’Isaak fut sevré.Dans cette phase de la vie les enfants sont âgés de trois à quatre ans.
  • La cinquième désignation est « taph ». L’utilisation de ce substantif en verbe donne le mot en francais  « emmailloté ». Ce terme décrit la coutume ancienne ou les femmes ont porté des langes. Ces langes étions portés au dessus des autres vêtements, épais comme une paume de main et utiliser par les mamans pour porter leurs enfants. .En utilisant le mot « taph » Il nous donnent la nette impression que les mères l’Hébreu étaient intensément près de leurs enfants et leurs enfants sont restés très proches de leur mère tout au long de la période antérieure à l’âge de six ans.Ce mot se trouve 42 fois dans la Bible hébraïque et l’universalité fait référence aux « petits enfants ». Il désigne les jeunes enfants qui sont entre l’âge de quatre à six ans.
  • La sixième période est marquée par le mot « elem » (au féminin « almah »), c’est le temps dans la vie  mentionnés dans la Bible, quand une jeune personne s’approche de l’adolescence. Dans notre langage moderne nous l’appelons pré-adolescents. Ces mots (« elem » et « almah ») sont trouvés neuf fois dans la Bible.
  • Ensuite, nous avons le mot « na’ar » il y a un autre terme désignant le moment, juste après et comportant les anneés d’adolescent, où les jeunes commencent à avoir un désir de l’indépendance. Ce mot signifie littéralement » « celui qui se dégage », ou « se secoue lui-même libre »Ce mot est trouvé plus de 200 fois dans la Bible. (« na’arah  » s’utilise pour la forme féminine on le retrouve également fréquemment dans la Bible) La grande majorité de ces textes se réfèrent à des jeunes hommes ou femmes qui vont encore se marier.
  • <Nous trouvons ce mot utilisé pour désigner l’étape de la vie d’une jeune femme tout juste avant le mariage. Ce mot désigne une jeune femme qui n’a pas participé à l’acte sexuel, ou plus précisément, une vierge. C’est le sens exact et il y a de nombreux textes pour le montrer. Ce mot apparaît 50 fois dans la Bible.

Le terme « bachur », (le féminin « bachurah » n’est jamais trouvé dans la Bible) signifie « Celui qui est mûr ; un jeune guerrier » comme dans Esaïe 31.8 . « Bachur » fait référence à un moment dans la vie des jeunes hommes, où le mariage commence à devenir une réalité. Les hommes dans les temps bibliques et post-biblique  se sont mariées généralement entre l’âge de 13 et 17ans.

  • Enfin, le dernier terme qui décrit l’étape finale d’un enfant est  l’âge adulte,
    signifie homme : « ish » – et  femme -« Ishah « .L’homme et la femme comme « ish » et « Ishah » apparaissent des centaines de fois dans la Bible.

Ayant maintenant une vue claire de tous les termes pour « enfant » il est intéressant de regarder de près quels sont les termes utilisés dans le livre des proverbes.

Au tout début du livre des Proverbes (v.1 :4) nous avons une introduction qui oriente le lecteur à l’ouvrage dans son ensemble. Cette section mentionne que le livre s’adresse à un « jeune homme ». Ce mot pour « jeune homme » qui est utilisé est « na’ar ». Comme le précédent sur des termes différents nous a montré, les jeunes hommes qui tombent dans la catégorie pré-ado ne sont pas inclu.

En outre, lisant le livre des proverbes dans son contexte, nous constatons qu’il s’adresse uniquement aux hommes. Il montre aux hommes comment mener leur vie. Il montre comment les hommes peuvent faire face à la famille et la société et il montre également rois (qui dans la culture d’Israël étaient toujours des hommes) la façon de traiter leurs sujets.

Par conséquent, il s’adresse au sexe masculin d’abord et ensuite a l’homme adulte. Le livre n’est pas conçu pour les jeunes hommes au-dessous de l’adolescence. Nous voyons ce n’est  adressé aux « enfants » d’une manière peu spécifique comme nous le trouvons dans nos traductions.

La semaine prochaine, je vais couvrir les cinq verset dans le livre des proverbes et ce qu’ils nous disent si on fouille dans la langue hébraïque. Il y a beaucoup d’informations passionnantes et intéressantes dans ce livre dans son ensemble. Tellement que je ne vais pas être en mesure de couvrir tout dans ces trois articles. Mais je vais essayer de mettre les points les plus importantes a votre disposition.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire dans la section ci-dessous.

Au sujet des fautes d’orthographe que vous allez sûrement y trouver, je suis toujours ouverte de recevoir des rectifications. Au plaisir de vous lire !

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :