La raison pour quoi je ne suis pas simplement « une maman qui donne le mieux »

par | Juin 7, 2017 | Développement personnel, Éducation | 0 commentaires

Parfois, je reçois par Facebook des images avec du texte. Ces images viennent des amies, qui sont aussi des mamans. Dessu, il y a quelque chose écrit qui ressemble à : « Il n’y a pas de maman super-héros, il y a de vraies mamans qui essaient de donner le mieux et parfois échouent ».
Ces textes déclenchent quelque chose en moi et je ne les n’accepte pas sur mon timeline.

maman

Pourquoi ? Parce que je ne suis pas « une vraie maman qui essaie de faire de mon mieux et parfois échoue ». Je refuse de me voir comme ça.

J’imagine mon mari, propriétaire d’un garage de voiture, parlant à ses clients de cette façon : « Vous savez, je ne suis pas le meilleur mécanicien de voiture, parfois j’échoue et je fais des plutôt grandes erreurs.. Cependant, je vais essayer de réparer votre voiture du mieux que je peux.

Je ne donnerai pas ma voiture a un mécanicien de voiture comme cela ! Ou le jour ou j’ai un entretien avec l’enseignante de l’école  maternelle et l’enseignante me dit : « Vous savez, je ne suis pas la meilleure enseignante, mais au moins je suis authentique. J’espère que vous êtes OK avec ça, même si parfois j’ai mes mauvais jours et j’échoue. »

Feriez-vous confiance à ce genre d’enseignant ?

Moi certainement pas.

Aors pourquoi est-ce que nous, les mamans parlent de cette façon de nos propres compétences ? Nous sommes des professionnels dans notre domaine à partir du moment où on est tombées enceinte, ou du moment où nous recevons un enfant dans notre famille comme notre propre enfant !

J’ai trouvé qu’il y a plusieurs catégories de mamans, qui traite différemment avec leurs lacunes.

maman
  • La Maman « je suis mon coeur »

    Ces mamans font seulement ce  qu’ils se sentent d’être la chose à faire (ou ne pas faire) dans le moment. Ils n’aiment pas lire des livres sur élever des enfants et souvent ils n’acceptent pas les conseils d’autres personnes – car, après tout, elle est la maman et vas bien savoir quoi faire.

  • La maman « tout le monde le sait mieux »

    Ces mamans suivent un conseil après l’autre. Ils ne savent pas qu’ils ont la capacité unique de connaitre  leurs enfants et trouver des idées uniques et formidables adaptés a leurs enfants. L’attitude de ces mamans est : « Dis-moi ce que je dois faire ».

maman
maman
  • La maman  « à la suite d’un expert ».

    Ces mamans apprennent à connaître un soi-disant expert en éducation et impliquent ce livre ou l’enseignement dans chaque action avec leur enfant. Je connais une femme, élever de cette façon. Elle a entendu le mot « Dobson » des milliers des fois durant son enfance. (James Dobson est un auteur bien connu de plusieurs livres sur l’éducation) Les expressions « Dobson a dit… », « j’ai lu que Dobson ferait… », « Dobson pense…. » ont été utilisés plusieurs fois par jour, impliqués dans chaque action.

  •  La maman « je suis un échec »

    Ces mamans sont souvent brillantes dans leur coeur pour leurs enfants et la manière dont ils perçoivent leurs enfants… mais ils ne le savent pas. Le sentiment général en parlant avec une telle mère est : je ne suis pas suffisant pour être une maman. J’échoue tous les jours. J’espère que mes enfants vont devenir des personnes bien malgré moi.

maman
maman
  • La maman « impuissant »

    une maman impuissante utilise souvent des menaces, des cris, la répression et même la manipulation avec ses enfants. Non pas parce qu’elle ne les aime pas ou parce qu’elle pense que c’est la meilleure chose à faire.
    Mais tout simplement parce qu’elle se sent impuissante à gérer les défis, est submergé et désespéré face à ses capacités en tant que mère.

Maintenant prenez chacun de ces exemples comparez-les avec le mécanicien de voiture ou de l’enseignant ci-dessus. Que penseriez-vous d’une telle personne ? Vous leur donneriez votre voiture ? Vous leur donneriez vos enfants ? Moi certainement pas.​

Alors, pourquoi étant maman, on ne voit pas de problème d’avoir une attitude pareille ?

Je ne dis pas que nous avons de tenir une image que nous ne sommes pas. Et je ne veut pas dire que nous devrions cacher nos faiblesses.

Continuons dans l’exemple du monde professionnel.

Mon mari, même s’il a travail avec des voitures depuis 25 ans, visite régulièrement des classes, où ils enseignent des nouveautés dans le domaine et comment devenir meilleur. Il est confiant dans sa capacité de faire le travail quotidien sans aide, mais s’il n’a pas la connaissance pour un travail spécifique, il l’obtient l’information d’un manuel technique.

C’est la même chose pour l’enseignant de maternelle. Mon enfant vient d’avoir un mercredi de libre,  parce qu’elle avait une journée de formation et de développement.

C’est l’attitude que je choisis d’avoir.

maman

Cette attitude s’appelle « avoir envie de grandir », « capacité d’apprentissage » et d’investir mon coeur et du temps pour devenir encore plus professionnel. Devenir le meilleur possible. Je crois que personne n’est mieux adaptée pour être la maman de mes enfants que moi. Et je veut devenir cette maman.  J’ai choisi d’avoir une attitude de croissance dans tous les domaines de ma vie.

  • La croissance dans mon caractère.
  • La croissance dans ma compréhension des différentes étapes de développement des enfants, la lecture de bons livres ou visiter des séminaires à ce sujet.
  • La croissance dans mon mariage – cela va grandement influencer ma croissance
  • La croissance dans les domaines de ma vie ou j’ai encore des faiblesses ou blessures. Passer le processus de guérison.
  • La croissance dans les choses que j’échoue encore, pour pouvoir réussir la prochaine fois.
  • La croissance dans la connaissance de Dieu, comme cela va grandement influencé ma capacité d’aimer mes enfants et leur apprendre comment ils sont aimés de Lui.

 

Elle a changé les « Je n’arrive pas » en « Je peux le faire » et les rêves en projet

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :