Les défis de la vie parentale – à la lumière des empreintes de notre passé.

par | Juin 18, 2018 | Développement personnel, Éducation | 0 commentaires

J’ai une amie d’enfance, aujourd’hui mariée et mère de trois enfants. C’est une mère très dévouée qui aime ses enfants par-dessus tout et qui veut ce qu’il y a de mieux pour eux. Néanmoins, on l’entend souvent crier après ses enfants, pour des choses complètement insignifiantes.

empreintes

Quand on en parle, je lui rappelle ses parents. Ils étaient rapidement dépassés et criaient sur leurs enfants tous les jours, pour de petites choses. Je lui dis qu’il est plus que compréhensible qu’elle ait adopté ce comportement. C’est la réaction qui émerge le plus souvent lorsqu’elle se sent défiée, anxieuse  ou stressée.

Elle est d’accord avec moi. Cependant, cette compréhension ne diminue pas ses sentiments de remords. Elle me raconte comment elle lutte pour devenir une mère qui peut aussi parler avec amour à ses enfants quand ils ne font pas ce qu’elle attend d’eux. Qu’elle peut rester calme et souveraine quand elle est anxieuse ou stressée. Elle se souvient qu’elle détestait les  cris fréquents de ses propres parents.

Avez-vous déjà ressenti cela, dans n’importe quel domaine de votre vie de parent ? Avez-vous déjà voulu faire quelque chose différemment d’une manière aussi forte, parce que vous détestiez en faire l’expérience quand vous étiez enfant – et pourtant vous vous sentiez incapable de le faire ?

Si c’est le cas, je suis avec vous.

Je me suis beaucoup débattue avec cette question, avant même d’avoir une famille.
Je savais que je ne voulais pas répéter le modèle de ma propre famille.

Mon père a aussi crié. Il nous a souvent donné le sentiment d’être un ennui, de déranger sa paix, de coûter beaucoup d’argent et tout simplement d’être de trop.

En tant que jeune adulte, j’ai eu du mal à prendre en charge les enfants. Je savais que je ne voulais pas leur crier dessus, ni transmettre ce que je ressentais…. Mais comment faire autrement ?

Comment pourrais-je être cet adulte que j’aurais souhaité avoir comme parents ? Comment saurais-je comment réagir différemment ?

Je me souviens d’avoir été profondément touché par l’observation de familles qui prenaient soin de leurs enfants paisiblement et avec bienveillance. J’ai essayé d’absorber la façon dont ils l’ont fait et de le graver profondément dans mon cœur.

L’une des raisons de faire ce site Web découle de cette expérience.
J’aurais aimé lire sur les façons pratiques de créer une famille saine.

Aujourd’hui, je veux vous inviter à un voyage. Le voyage qui m’a permis de me débarrasser de beaucoup de ces empreintes, de ces expériences personnelles qui ont façonné ma vie et mon comportement. Comment, encore aujourd’hui, je persiste dans ce voyage, pour transmettre quelque chose de très  différent à mes propres enfants – et aux enfants bien-aimés (et aux adultes) autour de moi.

empreintes

1.)  J’avais une passion pour observer des exemples que je voulais imiter.

L’occasion la plus influente que j’ai eue de le faire, c’est probablement au cours de ma première année de formation dans un centre de jour, où j’ai fait mes études en tant qu’éducateur de la petite enfance lorsque j’avais environ 26 ans. La responsable était une jeune femme douce, plus jeune que moi.

Elle m’a montré une façon très différente de m’occuper des petits enfants que celle que je connaissais.

  • Avoir un enfant qui ne veut pas tenir la poussette en marchant le long d’une rue animée – que faites-vous ?
    Eh bien, elle m’apprenait de  donner à l’enfant un choix : Tu peux tenir de ce côté de la poussette, de l’autre côté (ou même de cette autre poussette) – ou ma main. Tu peux choisir. Aucun des enfants n’a jamais résisté à choisir avec satisfaction l’une de ces options. Ceci, sans que j’aie à crier, sans que je m’impatiente ou que je m’énerve contre l’enfant.
    .
  • Ou que faites-vous si un enfant de quatre ans refuse de retourner à la garderie depuis le terrain de jeu ? Vous ne pouvez pas le trainer par la main  – vous ne pouvez pas non plus rester plus longtemps, à cause de l’horaire de la garderie ?!
    J’ai appris à sourire en lui disant : “Allons-y, il y a  un délicieux goûter qui t’attend” ou “c’était chouette, n’est-ce pas ? Quand tu reviendras à la garderie, nous reviendrons ici. Maintenant, ta maman va bientôt arriver”……. ou quelque chose comme ça, selon la situation et l’enfant.  Nous n’avons jamais eu à traîner un enfant par la main de ce terrain de jeu ou à crier ou insulter un enfant pour faire ce qu’il devait faire.

2.) J’ai étudié le sujet

Parce que je savais seulement que je voulais faire mieux, mais je ne savais pas comment je devais le faire, je cherchais du matériel qui reflète ce que je  croyais dans mon cœur.

A cet endroit, j’aimerais mentionner un des livres que j’ai lus plusieurs fois. Il s’intitule “Les Sept habitudes des familles épanouies“, écrit par S.R Covey. L’auteur inclut de nombreuses histoires de sa propre famille, de ses propres défis et de la façon dont il les a maîtrisés avec succès.

Ensuite, j’ai participé à plusieurs séminaires sur l’éducation des enfants bien avant d’avoir une famille.

empreintes

3.)  J’étais prête à ajuster l’image que j’avais d’un enfant.

Comme je l’ai dit plus haut, la façon dont vous avez grandi, la façon dont vos parents vous traitent  et vous voient, laisse une forte impression sur votre cœur.
C’est en fait le fondement de chaque action que vous entreprenez.

  • Croyez-vous que votre  bébé essai de vous manipuler en tant que parents ? Bien entendu, vous réagirez en conséquence.
  • Croyez-vous que les tout-petits rendent délibérément votre vie difficile ? Bien entendu, vous réagirez en conséquence.
  • Croyez-vous que votre enfant actif et spontané est plein de méchanceté ? Vous réagirez en conséquence.

La liste est longue.

Il est donc essentiel de revoir cette image. Il est important de faire honnêtement l’inventaire des croyances dans votre cœur, concernant un enfant.

Ce n’est pas toujours facile, puisqu’il s’agit d’un lien qui se lie étroitement avec votre passé. Parfois, ces expériences passées créent un modèle dans nos vies, semblant nous coller plus fort que de la  superglue sur papier.

Les changements les plus radicaux et  les plus drastiques que j’ai vécu ont toujours été dans la présence de Dieu, à des moments j’étais devant  lui et il a  ministré mon coeur – que ce soit  moi seule dans ma chambre ou avec d’autres.

Je vais vous parler d’un de ces moments, simplement pour vous montrer à quel point Dieu est merveilleux. Il est le même hier, aujourd’hui et demain, donc, Il n’est pas lié au temps  et Il peut changer notre réalité au sujet de quelque chose qui se trouve bien en arrière en seulement une minute.

empreintes
Ce jour-là, alors que je priais, je me suis souvenue d’une situation de mon enfance.
J’avais environ  7 ou 8 ans. Nous vivions dans un petit village, entouré de nature.

Un jour, j’ai vu des cerises sur un arbre. J’ai eu une idée brillante : j’en  cueillirais pour mes parents !
J’ai pris une petite corbeille que j’ai trouvé chez nous et je l’ai rempli de délicieuses cerises provenant d’un des arbres des  environs.

Pendant ce temps de prière, je me suis souvenue comment je suis allée chez mes parents, plein de joie et d’excitation, avec cette petite corbeille pleine de cerises.

Mon père était furieux : “Où les as-tu eus ?” Il m’a demandé d’un ton dur. J’ai commencé à me sentir coupable, sans savoir ce que j’avais fait de mal. J’ai indiqué la direction où se trouvait cet arbre en particulier. Mon père a dit : “Tu es un voleur ! Tu as volé ces cerises d’un arbre qui ne nous appartient pas ! Maintenant tu dois te repentir et le confesser au propriétaire de l’arbre !” Il m’a pris par la  main et m’a tiré, bouleversé et scandalisé, jusqu’à ce voisin où j’ai dû lui remettre cette petite corbeille et avouer ce que j’ai fait.

Je ne me souviens pas de la réponse du voisin. Ce dont  je me suis souvenue, dans ce moment précis de prière, c’est que je ne comprenais plus mon monde. Ma motivation était de bénir mes parents. Pour leur montrer mon amour. Ce que j’ai obtenu, c’est l’impression d’être une fille méchante, coupable de vol.

Pouvez-vous voir comment l’image que mon père avait de moi n’avait rien à voir avec moi et mon cœur, ma  motivation, mais tout avec lui ?
Ce qui est beau, c’est que pendant ce moment de prière, cette réalité a complètement changé :

Jésus est entré en scène. Je l’ai littéralement “vu”, remplaçant mon père, recevant ce seau avec des cerises. J’ai vu ses yeux, pleins d’amour. Il me souriait. Puis il m’a dit d’une voix douce et tendre : Merci beaucoup, Jeanne pour ton cœur ! J’adore ces cerises ! Et puis, avec humour et douceur dans sa voix, il a ajouté : “Mais tu sais, en fait, tu ne devrais pas aller cueillir des arbres qui ne sont pas les nôtres. Mais j’aime ton cœur ! J’aime  ta motivation a me bénir !”

Cette réalité a profondément imprégné mon  cœur et c’est ce que je fais aujourd’hui, si l’un de mes enfants se trouve dans une situation similaire ! Ma mémoire a littéralement changé à cette nouvelle  réalité et dans ce domaine, je suis maintenant capable de réagir d’une manière tendre, douce et affirmative.  J’ai maintenant toute cette douceur affectueuse pour expliquer une partie de cette situation où ils ont besoin d’apprendre.

 

Chaque fois que je me souviens de moments comme ceux-là, je suis émerveillée et reconnaissante. Ce qui est beau, c’est que vous pouvez faire l’expérience de la même chose, indépendamment de votre situation de vie. Vous ne pouvez probablement pas aller travailler dans une garderie pour apprendre d’une autre façon. Peut-être n’êtes-vous pas quelqu’un qui lit beaucoup ou qui n’est pas capable d’aller à un séminaire sur l’éducation des enfants. Cependant, peu importe où vous êtes, quelle que soit votre situation de vie, il y a cette belle présence de Dieu qui peut changer les habitudes d’une manière si simple, alors que tout l’effort dont il a besoin de notre part est cette ouverture à faire l’expérience du changement et à s’asseoir et prier.

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :