“Je ne peux pas pardonner” : le chemin de quelqu’un qui a été victime d’abus

par | Mar 1, 2018 | Développement personnel, Vie Chretienne

Pour écrire l’article de la semaine dernière, j’ai étudié le sujet de l’abus, encore une fois dans ma vie.
La première fois que j’ai fait face à cette thématique, c’était pendant mon séjour dans une maison de relation d’aide chrétienne il y a environ 15 ans.

abus

C’est à cette époque que j’ai rencontrée Téo.

Téo Vander Weele est un ami néerlandais, qui a célébré son 81e anniversaire récemment.

Après une enfance très difficile et douloureuse, Dieu a utilisé sa vie pour atteindre des centaines d’enfants et de femmes victimes d’abus sexuels.

J’ai rarement rencontré un homme avec une telle humilité, irradiant la paix, l’amour et la chaleur.

Pendant son temps en tant que missionnaire en Thaïlande, il a été appelé par Dieu pour travailler dans le domaine de de l’abus. Maintenant, en Thaïlande, la vie privée est un mot étranger (en raison des murs qui ne sont pas insonorisés, ainsi que de la culture familiale, qui inclut tout le monde). En dehors de cela, le fait d’être un homme n’a pas facilité sa tâche. Il a demandé à Dieu de lui donner un outil pour rejoindre cette culture de manière à ce que les gens puissent se sentir en sécurité et respectés.

D’où la pratique de bénir ses clients avec la « paix puissante de Dieu».

Il a rapidement découvert que cette pratique était un outil incroyable pour permettre à ses clients d’expérimenter la présence de Dieu, sa paix dans leur corps et dans leur âme. Souvent, Dieu travaillait en silence, les larmes coulant sur leurs visages, sentant la présence de Dieu dans leur esprit, leur âme et leur corps. Comme je l’ai mentionné plus tôt, cette culture dans laquelle il servait, parmi ces personnes qui avaient été écrasés par une personne a prédominance masculine, il ne convenait pas de toucher une femme ou s’approcher trop près, même pour prier pour elles. . Avec la pratique de la paix puissante, avec cette douceur, l’amour et la sagesse que Dieu lui a donné (et enseigné) , il a vu beaucoup de gens physiquement guéries, leur volonté  réveillé, leurs traumatismes effacé et remplacé par cette paix puissante de Dieu .

De retour en Europe, il a co-fondé une école pour former les gens à servir ceux qui ont été abusés sexuellement.

Plus tard, il a écrit le livre:

De la honte à la paix : accompagnement et thérapie pour les personnes abusées sexuellement “.

Pour écrire cet article, j’ai sorti ce livre de mon étagère après un long moment. J’ai re-découvert beaucoup de contenu précieux et perspicace !

Ce livre est une lecture importante et transformatrice si vous êtes un survivant d’abus sexuel ( bien que ce livre n’est pas limité à l’abus sexuel)  ou si vous êtes une personne qui souhaite avoir  des outils et une compréhension approfondi de comment rejoindre d’autres personnes dans ce Domain.

abus
J’ai demandé à mon ami Téo s’il pouvait écrire une publication pour mon site web sur n’importe quel sujet qui était crucial dans son expérience quand il s’agissait de toute la question de l’abus.

Il m’a envoyé le bijou suivant :

“Je ne peux pas pardonner”

Ayant un passé d’abus, couronné par un soldat hollandais qui a  pointé une arme à feu sur ma tête de huit ans en 1945, en criant :

« si tu ne me dis pas où est ton père, je te tue».

Ma mère a entendu  mon cri déchirant. Elle a couru vers moi et l’a repoussé en l’humiliant. Il l’a fait avec tout son instinct maternel  – le soldat est parti avec la tête baissée de honte, mais j’ai été dévasté.

Mon père a travaillé avec les Allemands et a eu  3 ans de prison. Ma mère de  2 ans, je suis allée dans un foyer pour enfants, il y avait un pédophile …

Ma vie a été déformée par la Seconde Guerre mondiale et ce soldat m’a fini.

Des années plus tard, la guérison divine avait touché certains domaines de ma vie.

J’étais comme missionnaire en Thaïlande, là j’ai souvent rencontré des gens en uniforme. Je n’ai  jamais su pourquoi je devenais si nerveux simplement en les voyant.

En 1972, le Seigneur a utilisé un livre intitulé  «pull  the  curtain».

Je me souviens encore comme j’ai dit au Seigneur :

« Seigneur, Ta Parole dit que je dois pardonner.J’ai décidé de le faire avec ma volonté, je suis tellement en colère contre ce gars-là ! Comment pouvait-il me faire cela ? Je ne peux pas lui pardonner avec le cœur.   Le Seigneur a répondu : « Je sais, Teo, tu ne peux pas pardonner, mais je peux t’apprendre, entre dans mon l’école du pardon, les leçons peuvent parfois être  un peu difficiles, alors tu as la permission de quitter la classe et aller te détendre sur les terrains de jeux. “

C’est ce qui s’est passé. L’école a duré 12 ans. En 1984 , je suis allé à un service de communion. Encore une fois, j’ai pensé à ce soldat. La pensée me vint à l’esprit :

“Il doit avoir 80 ans  ou il est mort”.

Spontanément, la pensée est venu :

“J’espère le rencontrer avant le trône de Jésus.”

Puis le chœur Hallelujah de Haendel a inondé mon âme.

La colère contre l’injustice, l’abus, la trahison, peut être si intense.
Dieu n’as pas de  problème avec ces émotions, lui aussi expérimente la colère (Luc 17: 2, Matt.18: 10).
Cette histoire a  aidé aux nombreux survivants d’abus à  « entrer dans l’école du pardon».
Maintenant, j’ai 81 ans. J’espère toujours rencontrer ce soldat devant le Trône de Dieu. Il y a environ 10 ans, j’ai commencé à remercier Dieu d’avoir permis à ce soldat de me blesser si profondément.
Par conséquent, un  ministère puissant envers des personnes  abusées a surgis.  S’il ne l’avait pas fait, je n’aurai peut-être pas eu ce genre d’implication profonde dans la vie de centaines de survivants d’abus.

Vous en trouverez plus sur ma vie et mon ministère dans le livre “De la honte à la paix” (Amazon ou www.importantia-publishing.nl) Aussi en français: à travers de FERACPA.org ou rdf.ch en français (de la honte à la paix), en Allemand (Schluss mit dem schweigen) “via Segnendhelfen.at

Ce sujet du pardon et beaucoup d’autres sont traités dans son livre, ainsi que dans l’école qu’il a co-fondée.

L’école anglophone a deux branches, l’une est IPPSIC – International Psychotherapy school in Christian culture
(école internationale de psychothérapie en culture chrétienne)

L’autre école ISARPAC International school of abuse related pastoral counseling (ecole international de conseil pastora lié a l’abus)

L’école francophone FERACPA Formation européenne de relation d’aide chrétienne envers les personnes (sexuellement) abusées

 Dieu est bon et plein d’amour et de compassion. D’avoir le courage d’entrer dans ce processus de guérison  vous va rendre cette liberté que seulement Dieu peut donner. Il veut traiter avec les injustices passés dans votre vie. Il veut vous redonner votre dignité, vous donner un avenir plein de vie et d’amour réel et pure, quel que soit votre passé.

abus

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :