Pourquoi l’utilisation du bâton dans l’ éducation de vos enfants n’est pas trouvé dans la Bible. (3eme partie)

par | Mai 22, 2017 | Éducation, Vie Chretienne | 0 commentaires

Celui qui ménage sa verge hait son fils, Mais celui qui l’aime cherche à le corriger.

Proverbes 13:24

Châtie ton fils, car il y a encore de l’espérance; Mais ne désire point le faire mourir.

Proverbes 19 :18

La folie est attachée au coeur de l’enfant; La verge de la correction l’éloignera de lui.

Proverbes 22.15

N’épargne pas la correction à l’enfant; Si tu le frappes de la verge, il ne mourra point.En le frappant de la verge, Tu délivres son âme du séjour des morts.

Proverbes 23:13-14

bâton

La verge et la correction donnent la sagesse, Mais l’enfant livré à lui-même fait honte à sa mère.

Proverbes 29.15

Quand j’ai lu ces Ecritures en me mettant dans la peau des personnes craignant Dieu,  qui veulent obéir à la Parole de Dieu et enseigner aux autres ce qu’il dit là, je peux comprendre le fait que la plupart de ces livres ainsi que la littérature en ligne ont été écrites en vertu d’une conviction forte de plaire à Dieu. Je comprends que beaucoup de ces ministres de l’éducation des enfants enseignent leurs enseignements avec une sincérité et conviction.

Mais nous avons maintenant plus d’informations sur la langue hébraïque, (si vous n’aviez pas lu les deux derniers articles vous pouvez le faire ici et la)  et avec cette l’information nous allons regarder ces versets.

À ce stade, ayant connaissance des différentes étapes de la vie d’un enfant c’est très intéressant de savoir que le mot original dans ces versets, qui est traduit comme « enfant »,est « na’ar ».  De retour dans le dernier article, nous avons vu que le mot « na’ar » dans la terminologie générale de la langue hébraïque en ce qui concerne l’ensemble des étapes de la vie des enfants de la naissance jusqu’à l’âge adulte fait référence à une jeune personne juste après et durant l’adolescence, au moment oú elle commence d’avoir un certain désir d’indépendance.

bâton

Cette pensée m’a frappée ! Une jeune personne juste après et durant l’adolescence ? Qu’en est-il des tout-petits ? Tous ces livres que j’ai lus ne mentionnent jamais les adolescents ou jeunes adultes  pour la correction physique. Ils varient entre l’âge de 6-18 mois pour commencer avec la fessée.

bâton
bâton

Les deux autres verset font référence au mot « fils » C’est le mot hébraïque « ben » Bien sûr, on peut suggérer que ces deux écritures nous disent qu’il y a encore une chance que l’ensemble de l’enseignement de nos petits enfants et la fessée est toujours biblique.

L’auteur dit à ce sujet :
« Comme nous l’avons vu ici, tout le livre des Proverbes s’adresse aux jeunes hommes et hommes adultes. Il est écrit pour les jeunes hommes dès l’âge quand la sensibilisation au sujet de la famille et mariage se dévelope et quand cela devient une réalité pour eux. C’est pendant cette période où ces conseils font le plus de sens et c’est ce que nous est donnés dans les livres de proverbes. La tentative de communiquer ces idées aux jeunes enfant trouveras  un auditoire non préparée. »

De plus, les trois premières écritures parlent bien clairement de jeunes hommes et des hommes adultes. Donc évidemment, nous ne pouvons pas laisser les deux textes, qui utilisent le mot « fils » (en hébreu « Ben ») nous laisser interpréter les trois autres textes, qui utilisent le terme plus spécifique « jeunes adultes » ou « adolescent ».

Maintenant laissez-nous, avec cette information relire ces Ecritures :

N’épargne pas la correction à l’enfant jeune homme, « na’ar; Si tu le frappes de la verge, il ne mourra point.En le frappant de la verge, Tu délivres son âme du séjour des morts.

 

Proverbes 23:13-14

La folie est attachée au coeur de lenfant jeune homme, « na’ar »; La verge de la correction l’éloignera de lui.

 

Proverbes 22.15

La verge et la correction donnent la sagesse, Mais l’enfant jeune homme, « na’ar livré à lui-même fait honte à sa mère.

 

Proverbes 29.15

Celui qui ménage sa verge hait son fils (etant jeune homme) , Mais celui qui l’aime cherche à le corriger.

 

Proverbes 13:24

bâton

Châtie ton fils, (etant jeune homme) car il y a encore de l’espérance; Mais ne désire point le faire mourir.

 

Proverbes 19 :18

Au suivant, je vais entrer dans un verset, dont l’auteur consacre tout un chapitre entiers.

C’est un verset dont chaque parent craignant Dieu  veut  utiliser le bãton sur son enfant, parce que l’impact qu’on pense à percevoir dans ces écritures est énorme.

l’auteur dit au début du septième chapitre :

Do not withhold correction from a child, For if you beat him with a rod, he will not die. 14 You shall beat him with a rod, and deliver his soul from hell.

Proverbs 23.1314

“It is safe to say that if one knew that one could guarantee one’s children a place in heaven, one would be willing to do almost anything. This especially is the case when one thinks that one’s action could have some influence in saving their children from the fate of eternal punishment.“

Dans le livre vous trouverez l’ensemble du chapitre sept parlant de ce verset. Cela dépasserait la longueur de cet article , mais en retirant les points principaux, il y a à dire, que le mot traduit « séjour des morts » est  « sh’ol » et en étudiant la bible vous pouvez trouver que la signification biblique du terme « sh’ol » n’est pas universellement un enfer éternelle.

Ce mot est aussi traduit par « caverne », « gouffre » et « tombe » et même un « état d’être » (comme Jonas dans le ventre du poisson (Jonas 2..1-2)).

L’autre mot important dans ce verset, est le mot « âme », « nephesh » en hébreu. Ce mot ne fait pas toujours référence au concept de « l’âme éternelle » de la Bible. En fait, souvent il ne fait même pas référence à des êtres humains. Le même mot se réfère aux animaux (Genèse 1,20) et des personnes seulement un peu plus tard (Gn. 2.7).

Dans Lévitique 24.17 et 24.18 le mot  « âme » (nephesh) est utilisé pour parler au premier verset de tuer un homme et dans le deuxième de tuer un animal.

L’auteur arrive à la conclusion que

« l’indication du texte point dans la direction que ce verset veut simplement dire enfin de faire revenir la personne rebelle sur le droit chemin, de manière à ce qu’il ne meure pas prématuré en raison d’une vie criminelle ou de mauvaises habitudes. Il ne dit pas quand et pour combien de temps. Il dit simplement pour le sauver du « séjour des morts ». De toute évidence, c’est un bon conseil et le peuple Juif dans le temps croyaient à la punition physique en tout dernier recours pour ceux qui se sont engagé dans une vie de débouche et criminalité. »

Lisant le sixiéme chapitre  avec le titre : « Le nouveau testament et les références à la punition physique », cela m’as frappée voire que dans le Nouveau Testament, vous ne trouverez pas une seule référence sur la question de la correction physique pour les enfants. Pas plus que les auteurs du Nouveau Testament point vers un des verset  mentionnés dans cet article. En fait, il y a rien écrit du tout sur la correction physique en ce qui concerne nos petits enfants.
Étudiant le  Nouveau Testament, nous pouvons voir de nombreux passages sur la punition physique, mais tous en relation avec des hommes adultes. . Je me suis demandée, si cet verset dans Proverbes 23:13-14 parlerai vraiment de sauver mon enfant de l’enfer si je le frappe avec le bâton : pensez-vous pas que cela serait répété et mis  l’accent dessus  dans le Nouveau Testament ?

Cela m’as passionner de lire et étudier ce livre. Je pense que l’auteur est très claire et logique avec ces arguments concernant ce propos de punition physique. Le livre contient encore beaucoup d’autres Informations sur la culture Juife, sur leur regard sur l’éducation des enfants et bien d’autres sujet encore. Si cela vous intéresse, mais vous n’avez pas la possibilité de lire le livre en anglais ou que vous avez des questions, vous pouvez les poser  ci-dessous dans la section des commentaires. Je vais vous donner, (en cas de doute, après consultation avec l’auteur) une réponse à la question.

Je serai de retour la semaine prochaine avec un appendice – l’auteur a inclus cinq attachements dans le volume de son livre. J’ai trouvé l’un d’entre eux d’un grand intérêt pour ma propre vie personnelle et la vie de mes enfants et je vous invite à suivre et d’entendre ce que l’auteur fait remarquer à propos de « punition : marche-t-il ? Un examen biblique », ensemble avec mes propres pensées à ce sujet.

Au sujet des fautes d’orthographe que vous allez sûrement y trouver, je suis toujours ouverte de recevoir des rectifications. Au plaisir de vous lire !

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :