Pourquoi je ne veux plus être une „gentille fille“.

par | Sep 24, 2018 | Développement personnel, Éducation

Il fut un temps dans ma vie où j’étais (ou j’essayais d’être) une ” fille gentille”. 

J’étais le genre de fille qui essayait d’être une bonne citoyenne en étant polie, calme, obéissante, serviable, sympathique, dévouée, douce – et gentille.

D’après ce que je croyais, être une fille  gentille était l’équivalent d’être une bonne chrétienne.

Et parce que je sais que je n’étais pas la seule à avoir reçu cette  éducation et que beaucoup de parents ont la même idée du but de leur éducation aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous, pourquoi je ne veux plus être une „gentille fille“ . Pourquoi je ne les enseigne pas – pas à mes trois garçons et certainement pas à ma fille – à être des gens “gentils” quand ils seront grands.

Je parlerai surtout des “gentilles filles”, puisque je parle de mon expérience personnelle. Cependant, cela s’applique à peu près aux garçons. 

Le bon côté d’être “gentille”, c’est qu’on peut être aimé et applaudi.

Ces caractéristiques sont vraiment merveilleuses et les “gentilles filles” comme  ça, sont vraiment appréciées à peu près partout. Les ” gentilles filles” sont ce que beaucoup d’enseignants, d’employeurs et même de futurs époux (d’après mon expérience, encore plus de belles-mères en devenir !) recherchent.

Les Filles gentilles ne sont pas compliquées à gérer. Une fille gentille s’adapte à n’importe quelle situation, se comporte poliment, avec obéissance et serviabilité. Les gentilles filles ne causeront pas de problème avec leurs propres opinions, des points  de vues différents ou une attitude de défi. Ils prendront tout simplement n’importe quoi, essayant d’être aimés, appréciés et complimentés pour leur effort d’être “gentils” – à presque n’importe quel prix. 

Le problème que j’ai connu, c’est que j’étais perçue comme cette “gentille fille”, mais c’était à peu près tout.

En Suisse romande, où j’ai vécu quand j’avais vers les vingt ans, en tant  que „gentille fille “, il y avait un dicton qui décrivait ainsi une telle personne :

“Elle est gentille, gentille et gentille”.

Et c’est exactement ce que je ressentais. J’étais gentille. C’est tout. Aucune autre qualité  ne s’est manifestée dans ma vie. 

Et c’est là que réside le problème.

 J’ai fait l’expérience qu’essayer d’être polie, calme, obéissante, serviable, sympathique, dévouée, douce – et gentille n’est plus si cool quand je me sens et pense complètement différent. Quand j’ai peur et que je me sens trop mal à l’aise pour être moi-même, cette authentique et pré​sent moi, agissant tout douce et gentille, me semble être une trahison de moi-même…

La vérité est qu’une “gentille fille ” comme j’étais, ne saura pas être authentique, présente et elle-même dans les situations de la vie quotidienne.

 Cependant, ces trois caractéristiques – Authenticité, être présent et être moi-même – sont indispensables pour s’engager dans la vie.

  • Necessaire pour vivre des relations significatives. Besoin pour être qui je suis vraiment. Besoin pour être connecté avec mes proches d’une manière réelle 
  • Necessaire pour être cette amie, en partageant moi-même d’une manière authentique.
  • Necessaire pour être ce parent, qui est capable d’avoir un lien réel avec ses enfants et une véritable intimité avec son conjoint.
  • Il est difficile d’expérimenter Dieu d’une manière honnête et personnelle, en essayant d’être cette ” gentille fille ” pour lui, aussi.

Au cours de mon parcours de “gentille fille “, j’ai appris que les “gentilles filles” peuvent être gentilles et aimées, appréciées et même célébrées pour être si faciles à traiter – mais être réelle et authentique, engagée dans la vie et moi-même dépasse tout le confort d‘être entre une fille gentille.

Thomas Jefferson (père fondateur américain) est crédité d’avoir dit :

“Les gens libres sont les plus difficiles à controler » 

Et je crois que c’est vrai.

 Vous ne trouverez aucune “gentille fille ” qui changera quoi que ce soit dans ce monde.

Il n’y a pas de “gentilles filles” qui influencent notre société, avec le courage de défendre ce qu’elles croient.

  • Cependant, les gens libres s’avèrent être de puissants changeurs de vie.
  • Ce sont les gens libres qui ne suivront pas simplement n’importe quelle philosophie, idée ou opinion que ce monde a à offrir.
  • Les gens libres sont des gens rectitude, qui ne vivent pas leur vie en essayant de plaire aux autres – mais qui marchent sur leur chemin avec diligence, sagesse et maîtrise de soi.
  • Les gens libres seront capables de résister à la pression extérieure et de marcher dans l’intégrité de leurs valeurs et de leur cœur.
  • Ce sont les gens libres qui sont capables de reconnaître leurs forces, qui ils sont faits pour être et de répondre à leur vocation.
  • Ce sont les gens libres, qui n’agissent pas religieusement par obligation, mais qui vivent une vie fervente par amour pour leur Dieu.

Les gens libres, au service d’un Dieu vivant par amour, sont ceux que je veux imiter.

Des gens libres, au service d’un Dieu vivant par amour, c’est ce que je veux enseigner à mes enfants à devenir.

 

En repensant à mon parcours de ne plus être cette fille gentille, je me souviens à quel point c’était effrayant pour moi. Bien sûr, ce chemin n’a pas été fait en quelques semaines ou quelques mois. Il m’a fallu des années de croissance et de maturation, des années d’expérience de la fidélité et de l’amour de Dieu dans mes peurs et mes échecs.

Benny a joué un grand rôle dans ce voyage.

Au début de notre mariage, alors qu’il me submergeait de son amour et de son acceptation, me disant “combien il m’aimait et combien j’étais incroyable”, ma réponse (sérieuse) fut :

“Es-tu fou” ?

Parce que je connais les défis de  cesser d’être cette “fille gentille ” et de devenir une fille libre et puissante, je suis plus que déterminée à enseigner cette liberté à mes enfants dès le début.

Comme je l’ai dit plus haut, cela ne veut pas dire que nos enfants n’ont pas à se comporter ou qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Ce site Web est plein d’exemples de la façon dont nous essayons d’appliquer cette liberté dans la vie de nos enfants. Les deux articles récents sur l’honneur, que vous trouverez ici et ici, sont tous les deux un élément important pour y parvenir.

La vraie liberté vient en sachant qui vous êtes aux yeux de Dieu. Etre stable dans cette identité. En connaissant ce Dieu. En n’ayant pas besoin d’être contrôlé, mais en ayant appris à se maîtriser. En connaissant vos valeurs, vous vivez en ayant la force de marcher dans l’intégrité. En étant capable de vivre une vie libre de l’influence de la peur.

Tel est notre objectif. C’est ce que nous avons en tête en élevant nos enfants. C’est le chemin que nous parcourons tous, jusqu’à ce jour.

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :