La conscience libérée …… Réflexions sur une conférence sur l’éducation, donnée par Heinz Etter 2ème partie

par | Nov 7, 2018 | Développement personnel, Éducation | 0 commentaires

Dans le dernier article, j’ai partagé avec vous mon résumé de ce que j’ai retiré de la conférence sur l’éducation intitulée “La conscience libérée”, tenue par Heinz Etter.

Comme promis, je partagerai plus en détail les dernières réflexions de cette conférence : cet article nous aidera à comprendre, comment traiter différemment nos enfants.

Education

Dans le prochain article, je terminerai cette série avec le sujet de comment se débarrasser de cette mauvaise conscience latente dans nos propres vies.

Comment façonner la conscience de nos enfants sans les humilier, sans leur donner ce sentiment de vie, à partir de : “Si je fais ce qui me semble juste, c’est mal. Quelque chose ne va pas chez moi.” 

  • Nous avons vu qu’il y a une conscience qui est façonnée et nourrie par la défense de mauvais sentiments. Qui nous accuse et parfois guide notre comportement vers le bien, mais qui déclenche aussi une pression diffuse et une tension intérieure. Cette conscience se présente comme un accusateur.
  • Mais nous avons vu aussi qu’une “conscience libérée” est une conscience qui se nourrit d’amour. Cela va de pair avec l’empathie. Cela signifie aussi responsabilité, attention et miséricorde. 

Le privilège et le défi que j’ai en tant qu’auteur d’un tel site Web, en choisissant de vous écrire un résumé de cette conférence à laquelle j’ai assisté, est : Je dois creuser, garder à l’esprit ce que j’ai entendu, afin d’être capable de transmettre cette information.

En réécoutant cette conférence et en lisant mes notes, tout en observant mes propres attitudes à mon égard et à l’égard de mes enfants, j’ai constaté à quel point ce sujet me concernait personnellement – tant dans mon attitude envers mes enfants que de la manière de m’identifier à mon égard. 

Cela, même si notre façon d’élever les enfants n’a rien à voir avec l’humiliation et le blâme. Nous ne travaillons pas avec la peur et nous nous efforçons d’établir un excellent lien avec chacun de nos enfants. 

Cependant, j’ai observé à quel point je suis coupable de mettre en œuvre ce sentiment de “Si je fais ce qui me semble juste, c’est mal. Quelque chose ne va pas chez moi…” Dans nos enfants.

La semaine dernière, j’ai surpris notre enfant de quatre ans sortant de la cuisine, avec un verre d’eau dans chaque main.

Je me suis rendue compte que ma réaction, loin de cette conférence, aurait été :

“Qu’est-ce que tu fais !? Je ne veux pas que tu prennes de l’eau dans la cuisine ! Cela créera un bazar dans toute la maison. Remets-le dans la cuisine !”

Cette fois, parce que j’avais cette conférence en tête, je n’ai pas fait ça. Au lieu de cela, j’ai demandé doucement :

“Oh, quels sont tes plans avec ces verres d’eaux ?”

“Je veux apporter quelque chose à boire à mon frère et à ma sœur (qui sont revenues  tout juste de l’école). Ils doivent avoir soif !”

 J’ai été surprise quand j’ai entendu la motivation derrière ses actions. Et comme le contenu de ces verres n’était que de l’eau, je l’ai simplement (et sincèrement) félicité pour sa grande idée et l’ai laissé partir. En voyant l’expression heureuse et fière sur son visage, j’ai su qu’au lieu de lui donner ce sentiment :

 “Si je fais ce qui me semble bien, c’est mal. Quelque chose ne va pas chez moi”, j’ai pu lui en donner l’affirmation : ” J’ai fait ce que je pensais être  juste et ça fait du bien, je suis ok !” 

(Avec le recul, je me rends compte qu’il aurait été encore mieux si je l’avais juste “vu”. Si, au lieu de le féliciter, je lui aurais simplement dit “Wow, si agréable quand on a soif et que l’eau est distribuée…. “ou “Eh bien, tu es garçon aujourd’hui…?»
La raison de cette considération peut être trouvée dans cet article) 

Mais revenons à la question de savoir comment traiter nos enfants lorsqu’on les surprend en train de mentir, lorsqu’ils enlèvent des choses aux autres (une  forme de vol), ou lorsqu’ils utilisent  la force physique pour avoir ce qu’ils veulent ?

education

Dans le dernier article, nous avons vu une façon différente de réagir dans des situations où, par exemple,
Léo (4) prend la voiture à Anna (3) et Anna pleure.

education

Parlons un instant du mensonge :

Nous sommes tous d’accord, si un  enfant ment, il serait pratique si sa conscience faisait surface, lui faisant sentir “Je ne devrais pas mentir, je dois dire la vérité !”.

Voyons maintenant un exemple pratique :

Je demande à mon enfant :

“As-tu éteint les lumières dans la salle de bains après être allé aux toilettes ?”

Si l’enfant n’éteignait pas ces lumières, il pourrait s’en rendre compte :

“Oh, non, je ne l’ai pas éteint-. Mais si je dis non, alors la pression  vient et  ma maman va dire :
“Retourne maintenant, éteins la lumière, c’est important, c’est un gaspillage d’énergie” – ou pire encore :
“Je ne peux pas croire que tu l’as encore oublié ! Qu’est-ce que ne va pas chez toi ?!”
Mais si je dis oui, alors tout va bien !”

Et pourquoi un enfant ne dirait-il pas “oui” dans cette situation ?!

Heinz Etter a attiré notre attention sur le stade de développement de ce petit enfant :

 “Quand un enfant joue et que maman vient et que l’enfant demande si elle a éteint les lumières dans la salle de bains après être allée aux toilettes et que l’enfant dit “Oui”, alors tout va bien pour lui. Le fait qu’il y aura une réprimande plus tard n’est pas pertinent pour un petit enfant pour le moment. Parce qu’il vit à l’instant présent, dans l’ici et  maintenant et qu’en ce moment, il ne pense qu’à jouer et au fait qu’il veut se débarrasser de ce qui est désagréable..
Comme vous pouvez le voir, l’enfant fait quelque chose de tout à fait ” légitime et normal ” ici. C’est normal pour le stade de développement actuel d’un enfant en bas âge. Il fait ce qu’il pense être juste.”

education

Mais maintenant, nous, les adultes, nous entrons en scène et essayons d’exercer une influence sur la conscience d’un tel enfant. Parce que : “Je veux apprendre à mon enfant que mentir n’est jamais bien !”

C’est pourquoi nous avons mis la pression. Nous réprimandons l’enfant :

“Je ne peux pas le croire : Tu n’as pas éteint la lumière et en plus, tu mens ! Tu devrais avoir honte ! Maintenant, éteins immédiatement cette lumière, je suis très déçue de toi !”

Eh bien, on peut se dire :
“Il faut que je réagisse comme ça : Mentir, c’est très grave et c’est une grande valeur pour notre famille. Je veux apprendre à  mon enfant de ne jamais  mentir et je ne veux certainement pas qu’il sente que mentir est pratique dans cette situation précise !”

 Cependant, en réagissant de manière à humilier et à blâmer notre enfant, nous nous attendons en fait à ce qu’il réagisse au-delà de son niveau de développement. De cette façon, nous mettons en pratique chez notre enfant ce sentiment même de “Si je fais ce qui me semble bien, c’est mal. Quelque chose ne va pas chez moi”.

 Heinz Etter ne dit pas d’ignorer le mensonge. Ce n’est pas ce qu’il veut dire. Il veut simplement qu’il soit bien clair que le fait  d’humilier un enfant, de lui donner le sentiment qu’il est très mauvais, que sa réaction naturelle a été honteuse et mauvaise, n’apportera aucun résultat dans la formation de cette conscience de notre enfant – cela ne fera que former cette pression latente dans sa vie (et ensuite sa vie adulte) d’enfant : “Si je fais ce qui me semble bien, c’est mal. Quelque chose ne va pas chez moi.”

 Quelle est donc la meilleure façon de réagir à une telle situation ?

 Il explique que moins il y a de pression, d’humiliation, de peur et de blâme, moins un  enfant mens.

 Nous pouvons le faire en disant doucement à un enfant, qui nous a dit  la vérité qu’il n’a pas éteint les lumières dans la salle de bains : 

“Non ? Alors, vas-y et fais-le maintenant”

Ou : “Non ? Je vais le faire pour toi.”

Ou : “Oh, alors maintenant la lumière est toujours allumée, mais personne n’en a besoin”.

 Par conséquent, traiter avec nos  enfants d’une manière qui soit exempte de pression, de honte, de blâme ou de peur sera plutôt une réussite et produira les résultats escomptés. 

Personnellement, j’aime la façon dont Heinz Etter enseigne sur l’éducation. À bien des égards, je me retrouve dans ses descriptions des façons dont nous agissons dans le but d’élever des citoyens pieux et moralement corrects. Cela me rappelle comment j’ai été élevé par mes parents chrétiens bien intentionnés.

D’après mes observations, ses descriptions de la façon de ne pas le faire sont, des croyances courantes dans de nombreuses familles (chrétiennes), même aujourd’hui. Bien sûr, tout cela dans le but bien intentionné d’élever les enfants pour qu’ils deviennent des citoyens pieux et moralement corrects.

Heinz Etter a terminé cette conférence en affirmant que tout ce  sujet à une dimension spirituelle.

“La pédagogie est un outil fondamental pour transmettre l’amour libérateur de Dieu.  Mais la pédagogie peut aussi être l’outil de base pour donner aux enfants une image complètement fausse de Dieu – à partir de laquelle cette mauvaise conscience latente nous accompagne jusqu’à l’âge adulte.”.

Je suis d’accord. Combien d’enfants ont été blessés parce que la pédagogie a été utilisée pour les humilier, les blâmer et introduire la peur dans leur vie afin de les amener là où nous voulions qu’ils aillent ?

Heinz Etter fait un excellent travail, avec d’autres experts du monde entier, pour nous montrer une autre réalité, fondée sur une base solide de développement de l’enfant et de neurosciences. Je crois fermement que cette réalité différente nous aidera à utiliser la pédagogie comme outil de base pour transmettre l’amour libérateur de Dieu dans la vie de nos enfants – avec le processus personnel pour marcher dans notre propre liberté en tant qu’adultes – en comprenant la même vérité sur notre propre vie.

Dans le prochain article, j’aborderai la question de la façon de procéder. Comment, en tant qu’adulte avec une enfance finalisée nous pouvons entrer dans cet amour libérateur de Dieu à l’égard de notre propre conscience.

 

education

Vous pouvez écouter la conférence à laquelle j’ai assisté en suivant ce lien :
Elle s’ est tenue en allemand.

En suivant ce lien, vous trouverez Audio, DVD et Livres de Heinz Etter, principalement en allemand.
Cependant, il y a aussi du materiel disponible en francais.

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :